Étiquette : Gallica

Recent Posts

Si Bordeaux a bâti sa réputation sur le négoce du vin du même nom, quelques édifices témoignent encore avec discrétion de son glorieux passé… thermal. L’aspect boueux de la Garonne dissuaderait plus d’un curiste d’en mesurer les vertus, mais la chose ne semblait nullement incongrue aux Bordelais fortunés du XIXe siècle, friands de bains de propreté et de santé. À l’heure où les stations thermales se tournent de plus en plus vers le « thermo-ludisme » afin d’élargir leur clientèle, plongeons-nous dans la vogue éphémère des établissements hydrothérapiques à Bordeaux — d’une rigueur scientifique variable.

Read More

Inauguré en 1886, le musée d’archéologie de Bordeaux fut créé à l’intention des étudiants de la faculté de lettres flambant neuve. Ses collections étaient principalement constituées de photographies, ainsi que d’objets issus de fouilles archéologiques et de moulages d’œuvres antiques. Par le choix des moulages commandés, cet ensemble de 500 pièces reflète la conception de l’enseignement de l’archéologie prônée par les pouvoirs publics aux XIXe et XXe siècles. Mais les aléas de l’histoire confèrent aujourd’hui à ce musée disparu un intérêt patrimonial indéniable, alors même qu’il n’est plus accessible ni aux étudiants ni au grand public.

Read More

L’observation de Bordeaux sur la Carte générale de la France par Cassini, réserve une surprise de taille au regardeur d’aujourd’hui : une gigantesque étoile, posée au bord de la Garonne en amont du quartier des Chartrons, étend profondément ses ramifications dans une ville en plein renouveau urbanistique. Un vestige de l’Ancien Régime qui, bien après sa destruction à la chute de l’Empire, hante encore l’inconscient collectif des Bordelais : le château Trompette.

Read More

Joséphine Baker, qui a disparu il y a 40 ans cette année, a chanté son amour pour Paris. Paris, capitale européenne des plaisirs grâce au Moulin-Rouge, aux Folies-Bergère, à l’Olympia… Autant de cafés-concerts et de music-halls mythiques qui ont enfiévré les nuits parisiennes jusqu’à l’aube de la Première Guerre mondiale. Mais d’autres grandes villes françaises connurent de mémorables heures d’insomnie durant la Belle Époque et les Années folles. Bordeaux fut l’une d’elles.

Read More